Animus chez une femme

Animus chez une femme
Animus chez une femme

Définition : l’animus selon Jung est le coté masculin inconscient de la femme, il est issu du père et de l’inconscient collectif.

L’animus produit des discussions émotives, orageuses, l’animus est enclin à des démonstrations de pouvoir et de force brutale.

La possession par l’animus peut prendre la forme d’une critique de tout et de tous, et ce qu’il y a de diabolique concernant l’animus, c’est qu’il a tout à fait raison, mais qu’il a tort dans cette situation spécifique.

J’aime le terme possession, quand on est inconscient, on se sent possédé comme une sorcière. Avez-vous déjà ressenti cette possession ?

Une des façons d’arrêter l’argumentation et la critique est, pour la femme, de dire à son animus: «Si tu as des opinions aussi fanatiques concernant ce qui est faux et ce qui devrait être, voyons mon ombre. » Il se produit alors un impact intérieur qui aide beaucoup la femme a pouvoir se formuler ce à quoi elle croit vraiment elle-même, c’est une façon de prendre conscience de son inconscience avec courage.

Les femmes n’ont pas autant que les hommes un désir de perfection. Mais si une femme a un fort animus, une ombre de force égale se constitue en elle. En se confrontant à d’autres femmes, elle a une chance de rendre cette ombre consciente. En d’autres termes, si une femme a un fort animus et parvient à vaincre sa répugnance à connaître son ombre, il peut se développer en elle une certaine objectivité masculine concernant ce qui se passe en elle, ce qui lui permet d’en devenir consciente. Elle doit apprendre à faire la différence entre elle-même et ses opinions, entre son moi féminin et son animus masculin. Si elle n’y parvient pas, elle souffrira d’interminables problèmes relationnels.

Il y a toujours un degré dans l’individuation de la femme où elle doit abandonner le pouvoir magique qu’elle possède sur les hommes, pouvoir dû à la projection de leur anima sur elle. Il lui faut sacrifier son identification à ces projections si elle veut acquérir une individualité personnelle. Jung dit un jour que « là où l’amour fait défaut, le pouvoir se précipite » (homme ou femme). Une femme dotée d’un fort animus jouit tant du prestige de sa persona qu’elle essaie de protéger? C’est le pouvoir.

Quand une femme est déçue en amour, soit elle devient amère, soit elle devient sage; dans ce dernier cas, il se développe en elle un sens de l’humour et de la spiritualité. La sagesse en amour consiste à accepter la déception sans tomber dans l’amertume.

Je pense que c’est tout à fait valable pour l’homme et non anima. Voulez-vous continuer dans la déception et l’amertume ?

Quand une femme sacrifie ce qui lui est de plus précieux, elle a une chance de comprendre le vrai sens de la vie. Certaines personnes évitent totalement les conflits en s’enfermant entièrement dans un système rationnel et en refusant d’affronter leur propre noirceur. Le conflit nous construit, il est utile pour notre croissance.

Les femmes peuvent être torturées par leur animus qui leur répète qu’elles ne valent rien, que leur vie est finie et qu’à présent il est trop tard. La meilleure chose à faire est alors de se dire « D’accord, je suis une ratée, n’en parlons plus ». C’est une façon de se sortir du conflit et d’économiser de l’énergie, ce qui permet de se tourner vers quelque chose d’autre. c’est comme si nous jetions une part de nous-même en pâture à l’animus, le laissons la mastiquer et l’empêchant ainsi d’entraver notre action future.

L’anima comme l’animus aime bien donnée des conseils et se mettre à la place de Dieu, c’est une inflation du moi. La manière de sortir de cette possession est de rester humble, d’admettre que l’on puisse se tromper ou ne pas savoir.

Une femme qui abandonne le chemin traditionnel de la forme superficielle de l’existence féminine devient une reine, un homme devient un roi

Je vous souhaite de devenir une reine ou un roi.