Archives de catégorie : Ego

Insatisfaction

Insatisfaction
Insatisfaction

L’insatisfaction est inhérente à l’existence humaine,  cette insatisfaction trouve son origine dans l’ignorance et le désir d’appropriation, propre à l’ego.

On peut supprimer l’insatisfaction de notre conscience un certain temps; on peut se distraire pendant des heures, mais éventuellement le sentiment d’insatisfaction revient toujours, et souvent lorsqu’on s’y attend le moins.

#insatisfaction : ce mot, arrivé dans un certain contexte, incompréhensible dans un premiers temps, il est devenu lumineux et m’a éclairé, j’ai alors compris qui nous étions.

Ce profond et douloureux sentiment trouve sa source dans l’enfance. S’il est coutume de dire qu’une telle insatisfaction est le résultat d’un manque d’amour ou d’une éducation peu valorisante,  elle tire sa force d’une enfance où tous les désirs de l’enfant étaient comblés par les parents avant même qu’il ait pu les formuler, un enfant gâté.

La plupart du temps, on s’accroche à notre condition de vie, aux possessions et au confort. « Berceau d’illusion »… On souffre de part cette contradiction entre ce ressenti d’insatisfaction, de tristesse, de colère et ces apparences faussement idylliques de ces conditions de vie !

Etre sage, c’est continuer à désirer ce qu’on possède.

Le bonheur se trouve en soi, pas à l’extérieur de soi. Vous pourriez avoir tous les biens du monde et continuer à être malheureux(se) et ce, tant que vous n’avez pas trouvé ce ressenti en vous.

Le bonheur nait également d’un accomplissement de soi. Pour cela, il faut lâcher les faux-semblants et devenir la  personne que l’on est vraiment, il faut oser dire et faire ce qu’il y a au fond de nous et arrêter de se cacher. Affronter ses peurs et sortir de sa zone de confort.

Sortir de l’insatisfaction c’est oser se mettre en chemin pour se réaliser et pour faire « ce pour quoi nous sommes fait ».

Cela fait peur, certes mais c’est le seul et unique chemin du bonheur.

C’est un chemin épanouissant, merveilleux et exaltant !

 

La recherche d’intégralité de l’ego

 

L'ego
L’ego

Un aspect de la douleur émotionnelle inhérent au mental et à l’ego, c’est le sentiment profondément ancré d’être incomplet, de ne pas être entier. Chez certaines personnes il est conscient, chez d’autres pas.

S’il est conscient, il se manifeste sous la forme du sentiment dérangeant et permanent d’être insignifiant ou pas assez bien.

S’il est inconscient, il ne sera ressenti qu’indirectement, comme une soif, un désir et un besoin intenses.

Dans un cas comme dans l’autre, les gens entament souvent une démarche boulimique de gratification de l’ego et aspirent à acquérir des choses auxquelles ils s’identifient pour pouvoir combler ce trou qu’ils sentent en eux. Alors ils courent après les biens, l’argent, le succès, le pouvoir, la reconnaissance ou une relation spéciale pour mieux se sentir, pour être plus complets. Mais même lorsqu’ils ont obtenu tout cela, ils découvrent sans tarder que le trou est encore là, qu’il est sans fond. Alors, ils sont vraiment en difficulté, car ils ne peuvent plus s’illusionner. En fait, ils le peuvent et le font, mais cela devient plus difficile.

Jusqu’à l’âge de 47 ans, j’ai couru après toutes sortes de satisfactions procurant un plaisir rapide sans comprendre. Je pensais profiter de l’instant présent mais je vivais dans le futur pour ne pas voir mon passé.

Aussi longtemps que le mental ou l’ego mènera votre vie, vous ne pourrez vous sentir vraiment à l’aise, être en paix ou comblé, sauf pendant de brefs intervalles, quand vous aurez obtenu ce que vous vouliez ou qu’un besoin maladif aura été satisfait. Puisque l’ego est en soi une identité secondaire, il cherche à s’identifier à des objets extérieurs. Il a un constant besoin d’être défendu et nourri. Les choses auxquelles il s’identifie le plus communément sont les biens matériels, le statut social, la reconnaissance sociale, les connaissances et l’éducation, l’apparence physique, les aptitudes particulières, les relations, l’histoire personnelle et familiale, les systèmes de croyances et souvent, aussi, les formes d’identification collective, qu’elles soient d’ordre politique, nationaliste, racial, religieux ou autre.

Tout cela, vous devrez y renoncer tôt ou tard. Il vous sera peut-être difficile de le croire et je ne vous demande certainement pas de penser que vous ne pourrez trouver votre identité dans l’une ou l’autre de ces choses. Vous connaîtrez vous-même la vérité par l’expérience. Au plus tard, vous la connaîtrez lorsque vous sentirez la mort approcher. La mort vous dépouille de tout ce qui n’est pas vous.

Maintenant, en comprenant le passé puis en l’abandonnant comme le futur, je profite réellement du moment présent, je respire la paix intérieure à de nombreux moments, quelques fois, elle part puis elle revient plus longuement, nous jouons ensemble au chat et à la souris.

Le secret de la vie, c’est de « mourir avant de mourir » et de découvrir que la mort n’existe pas.

Eckhart Tolle