Guérir la dépendance affective

Guérir la dépendance affective
Guérir la dépendance affective

Pouvons-nous transformer une relation de dépendance affective en une véritable relation amoureuse ?

L’amour d’un seul être est une chose barbare, car il s’exerce au détriment de tous les autres. Friedrich Nietzsche

Oui, c’est possible. En étant présent et en intensifiant votre présence, et en amenant votre attention davantage dans le « maintenant ». Que vous viviez seul ou avec un partenaire, ceci reste la clé. Pour que l’amour puisse fleurir, la lumière de votre présence doit être suffisamment forte pour que vous ne vous laissiez plus contrôler par le penseur ou le corps de souffrance et que vous n’assimiliez plus ceux-ci à ce que vous êtes. Vous connaîtrez comme étant l’Etre derrière le penseur, le calme derrière le parasitage du mental, l’amour et la joie derrière la souffrance, c’est cela la liberté, le salut, l’illumination. Se dés identifier du corps de souffrance, c’est devenir présent à la souffrance et ainsi la transformer. Se dissocier de la compulsion à réfléchir, c’est être le témoin silencieux des pensées et des comportements, en particulier des scénarios mentaux qui se répètent et des rôles joués par l’ego.

Je trouve que c’est un challenge difficile à réaliser mais pas impossible, il faut que les deux personnes prennent conscience de leurs actions inconscientes et avancent main dans la main.

Si vous cessez d’insuffler une existence au mental, celui-ci perd son aspect compulsif, qui est fondamentalement l’obligation de juger et, par conséquent, à résister à ce qui est. Ceci crée conflits, mélodrames et nouveaux chagrins. En fait, dès l’instant où le jugement cesse par l’acceptation de ce qui est, vous êtes libéré du mental. Vous avez fait de la place pour accueillir l’amour, la joie, la paix. En premier lieu, vous cessez de vous juger vous même, et vous arrêtez ensuite de juger votre partenaire. Le plus grand déclencheur de changement dans une relation. C’est l’acceptation totale de votre partenaire tel qu’il est, sans aucun besoin de le juger ou de le changer de façon quelconque. Cette acceptation vous transporte immédiatement au-delà de l’ego.

Le véritable amour est l’acceptation totale de l’autre sans jugement, il faut que les deux soient dans cette disposition, si un seul est dans l’acceptation, il va s’épuiser au fil du temps. Chacun est responsable de son changement, vous ne pouvez forcer l’autre à changer.

Tous les jeux du mental et les dépendances profondes sont alors révolus. Il n’y a plus ni tyran ni victime, ni accusateur ni accusé. Ceci met aussi un terme à toutes les dépendances et au fait que vous êtes attiré par les scénarios inconscients d’une autre personne et que vous leur permettez ainsi de se perpétuer. Soit vous vous séparez dans l’amour, soit vous plongez encore plus profondément dans le présent ensemble, dans l’Etre. Cela peut-il être aussi simple que ça ? Oui, ça l’est l’amour est un état. L’amour n’est pas à l’extérieur, mais au plus profond de vous. Il est en vous et indissociable de vous à tout jamais. Il ne dépend pas de quelqu’un d’autre, d’une forme extérieure.

Si vous avez de l’amour en vous, vous allez le projeter autour de vous; si il vous reste de la souffrance, vous projeterez cette souffrance qui attisera la souffrance de votre conjoint.

L’amour n’est pas sélectif, tout comme la lumière du soleil. Il ne fait pas en sorte qu’une personne soit spéciale. L’amour n’est pas exclusif. L’exclusivité n’est pas le propre de l’amour divin, mais celui de l’ego. Par contre, l’intensité selon laquelle le véritable amour est ressenti peut varier. Il se peut qu’une personne vous reflète l’amour qui est en vous plus nettement et plus intensément que les autres. Et si cette personne ressent la même chose face à vous, on peut dire que vous êtes en relation d’amour avec elle. Le lien entre vous et cette personne est le même que celui qui existe entre vous et la personne assise à côté de vous dans l’autobus, ou que celui qui existe entre vous et un oiseau, un arbre ou une fleur. Seul diffère le degré d’intensité avec lequel vous sentez ce lien.

Même dans une relation habituellement faite de dépendance, il peut y avoir des moments où quelque chose de plus réel transparaît, quelque chose se situant au-delà de vos besoins mutuels de dépendance. Ce sont des moments où votre mental et celui de votre partenaire se calment brièvement et où le corps de souffrance se retrouve temporairement dans un état latent. Ceci peut se produire parfois quand il y a intimité des corps, quand vous assistez ensemble au miracle de la naissance, quand vous êtes en présence de la mort ou encore lorsque vous êtes gravement malade. En fait, cela survient quand quelque chose rend le mental impuissant. Quand cela arrive, votre Être, généralement enfoui sous les scories du mental, se révèle et c’est ce qui rend une vraie communication possible.

La véritable communication, c’est la communion, la réalisation de l’unicité, qui est amour. Habituellement. ces moments s’estompent rapidement, sauf si vous réussissez à rester suffisamment présent pour empêcher le mental et ses scénarios d’entrer de nouveau en scène. Dès que le mental et l’identification au mental entrent en scène, vous n’êtes plus vous-même mais seulement une image mentale de vous-même. Vous recommencez à jouer des rôles et des petits jeux afin de combler les besoins de votre ego. Vous redevenez un mental humain. prétendant être un être humain, qui interagit avec un autre mental et joue avec lui le mélodrame de l’amour. Bien que de brèves incursions de l’amour soient possibles, celui-ci ne peut fleurir à moins que vous ne soyez définitivement libéré de l’identification au mental et que vous soyez intensément et suffisamment présent pour avoir pu dissiper le corps de souffrance. Ou encore à moins que vous puissiez rester présent en tant qu’observateur. Ainsi le corps de souffrance ne peut plus prendre possession de vous et détruire l’amour.

Soyez présent, respirez profondément, armez-vous de patience comme un guerrier spirituel qui combat la souffrance.

 

 

12 réflexions sur « Guérir la dépendance affective »

  1. Bonjour
    J ai découvert récemment que j étais dépendante affective. Et je veux m’en sortir
    Je comprends que le vrai amour est l acceptation de l autre sans jugement.
    Mais lorsque je ne fais que remarquer les défauts de mon conjoints,lorsque le moindre petit détail m agace et m irrite, je ne ne sais comment pratiquer cette acceptation totale

  2. Bonjour Lily,

    Félicitaitons pour cette prise de conscience.
    Nous ne rencontrons pas par hasard.
    Lorsque vous critiquez votre conjoint, observez ce que vous critiquez chez lui puis regardez ce même point en vous, qu’en est-il ?

    Merci à la vie.

    Hervé

    Hervé

  3. Bonjour,

    Merci pour ce blog et ces nombreux témoignages. Je suis en relation depuis 4 mois, et depuis 3 à distance. On essaye de se voir une à deux fois par mois. Jusqu’ici, tout allait pour le mieux. Elle a ces occupations et moi les miennes. Mais ces derniers temps, j’avais l’impression de perdre la tête et je pensais que j’étais simplement en train de tomber amoureux. Et puis la distance accélère ce sentiment. Et c’est vrai qu’elle est plutôt très indépendante. Elle a réveillé, révélé des choses en moi. J’ai commencé à attendre de plus en plus désespérément de ces nouvelles, peur que cette histoire prenne fin et son absence est devenu insupportable. La dépendance est devenue de plus en plus forte. Depuis 3, 4 jours j’ai une terrifiante boule au ventre qui me cloue. Je suis incapable de faire quoi que ce soit. Dormir est devenu difficile, et mes intestins sont continuellement serrés. J’ai même fait un cauchemar qui est assez éclairant : elle m’a envoyé un message me signifiant la fin de la relation (je l’ai vécu dans mon rêve comme si c’était vrai, les mots étaient clairs). J’ai essayé de penser à autre chose, sans succès. La souffrance est dur et on a gout à rien. En allant sur internet et en lisant les témoignages, le diagnostic est sans appel : le sentiment d’abandon. Beaucoup de choses se sont éclairés dans ma tête (manque de confiance en soi et d’estime de soi, être aimé, alterner entre phobie sociale et excitation extrême d’être avec des gens, périodes dépressives, etc). J’avais enfin une explication pour mon mal-être, mais savoir tout cela ne suffit pas, je sais qu’il va falloir que je prennes des décisions. Il va falloir que je me soigne : Consulter par exemple. A la naissance, j’ai passé plusieurs mois à l’hôpital, c’est peut être le moment déclencheur, mais comment re-traverser ce moment pour aller mieux ? Et que dois-je faire maintenant pour aller mieux ? Combien de temps ça va durer? Dois-je lui parler, lui dire ? Doit-on se séparer temporairement le temps que je me soigne ? Je sais que je l’aime mais je sais aussi que je suis malade, car on peut pas se faire autant de mal et de souffrance lorsqu’on est en amour. Merci pour vos réponses.

  4. Bonjour Jami,

    Merci pour votre message,

    Les lois naturelles sont magiques, nous rencontrons pour évoluer et mieux nous connaitre. Oui, c’est le moment pour travailler sur vous.

    Votre inconscient vous confirme votre peur.
    Est-ce que cette peur est légitime ou pas ?
    Est-ce que cette personne vous a déclaré son amour ?
    Ou bien est-ce que c’est une illusion créée par vous ?
    Eclairez votre lumière intérieure par votre analyse lucide.

    Cherchez en vous les réponses à vos questions.

    Personne ne pourra vous dire combien de temps ça va durer.

    En effet, l’amour ne fait pas mal.

  5. Bonjour,

    Merci pour votre retour. J’ai ressenti de la distance dernièrement mais c’est très difficile de savoir ce qui relève de la réalité et de mon imagination. Il y a une certaine linéarité dans son comportement dans la relation, et je crois que c’est ce qui m’inquiète, parce que je me suis (trop) engagé dans un processus de construction dans la relation.

    Il n’y a pas eu de déclaration d’amour pour l’instant.
    Je crois que ma peur est légitime et irrationnel..

    Faut-il que je lui en parle? Cela va t-il me soulager? Ne suis-je pas en train de chercher à précipiter la rupture pour toucher le fond et ensuite aller mieux?

    Une question m’obsède : son indépendance affective ne témoigne pas t-il pas d’un sentiment d’abandon chez elle aussi ? (Car j’étais comme ça dans ma dernière relation, et c’est ce qui a commencé à déclencher les crises…c’est que je me suis reconnu).

    C’est difficile de se débarrasser de ce mental..

  6. Re bonjour,

    La linéarité vous inquiète, pourquoi ? N’est-ce pas rassurant ?
    Comment sont vos parents dans leurs relations ? Ne me repondez pas, analysez juste, nous reproduisons souvent les schémas parentaux qui sont nos modèles.

    Vous prenez conscience de votre engagement excessif, bravo.

    Une peur ne peut être légitime et irrationnel à la fois.
    Il n’y a pas eu de déclaration c’est un fait, cela ne veut pas dire qu’il vous aime ou ne vous aime pas.

    Vous avez tout à fait raison, félicitations pour votre analyse.
    Cette personne est votre miroir, il met en évidence votre partie sombre, Jung en parle mieux que moi avec l’Anima et l’Animus. Cette personne vous va permettre de mieux vous connaitre, la vie est magique.

    La communication est essentielle dans un couple.
    Faites vous confiance, écoutez votre petite voie intérieure qui provient de votre coeur.

    Oui, c’est le travail d’une vie de se libérer de ce mental 😉

  7. Bonjour,
    Je vis une relation avec un être que j’aime par dessus tout et lui aussi, ça a été très vite puisque cela ne fait que 3 mois que l’on est ensemble. Mais c’est la première fois que je tombe amoureuse d’une âme, on sait qu’on s’est connu dans une autre vie … Bon ça c’est un autre sujet.
    Toujours est il qu’il a des réactions très destabilisantes, comme me supprimer de son facebook tout à l’heure, il est parti avec des amis tout le week end sans m’avertir, et ça m’a fait mal, du coup je l’ai bombardé de message, et lorsque je lui ai parlé de ma plainte que j’allais déposé à la police contre mon actuel mari que je quitte pour violence, et bien c’est là qu’il m’a bloqué …
    Il m’a trompé une fois et depuis je me dis qu’il va recommencer, et le fait de m’avoir bloqué de son facebook me fait vraiment mal. J’ai toujours peur de me retrouver seule et il me dit constamment de me retrouver. Mais je n’y arriverait pas s’il est loin de moi.
    Lui aussi a des soucis car depuis sa rupture avec son ex avec qui il est resté 20 ans, (elle est parti) il enchaine que des courtes relations pretextant ne pas être l’homme que d’une seule femme …
    Il voudrait que l’on soit ensemble tout en ayant d’ autres aventures … c’est … destabilisant au possible …
    En bref je veux pas que ça finisse mais je ne pense pas être la seule à avoir des soucis avec la peur de l’abandon …

    1. Bonjour mado

      La vie est bien faite, nous sommes attirés par les etres qui raisonnent en nous. L’attirance est une chose, l’amour en est une autre !

      L’amour est magique rempli de bienveillance, d écoute, de patience et d’exclusivite.

      Bonne journée

      HERVE

  8. Bonsoir

    Avez vous des témoignages de personnes qui ont réussis à transformer leur bout de relation dépendance en un réel amour sain envers soi et l’autre ?

    Cordialement,
    Laura Schwanke

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.