Les relations d’amour et de haine

A moins d’avoir atteint la fréquence vibratoire de la présence consciente ou jusqu’à ce que cela soit, toutes les relations, et en particulier les relations intimes, sont profondément faussées et en définitive dysfonctionnelles. Elles peuvent sembler parfaites pendant un certain temps, par exemple quand vous êtes amoureux,  cette apparente perfection en vient invariablement à s’effriter quand les disputes, les conflits, l’insatisfaction et la violence émotionnelle ou même physique se produisent à un rythme de plus en plus fréquent. Il semble que la plupart des relations amoureuses deviennent tôt ou tard des relations à la fois d’amour et de haine. Sans la moindre difficulté, l’amour se transforme en sauvage agressivité, en sentiment d’hostilité ou encore en un retrait complet de l’affection l’un envers l’autre. On considère ceci comme normal. La relation oscille alors pendant quelque temps, quelques mois ou quelques années entre les polarités de l’amour et de la haine, et vous procure autant de souffrance que de plaisir. Il n’est pas rare que des couples restent accrochés à ce cycle de polarités, car ce climat de mélodrame les fait se sentir vivants. Quand l’équilibre entre les polarités positive et négative se rompt et que les cycles négatifs et destructifs se produisent à une plus grande fréquence et plus intensément, ce qui semble survenir tôt ou tard, il faut peu de temps avant que la relation ne vole finalement en éclats.

Si vous aimez votre partenaire, vous l’acceptez comme il est, vous ne pouvez le changez, c’est à vous de changer et de prendre conscience de votre personnalité, en retour, votre partenaire verra votre changement et prendra peut-être conscience qu’il faut changer ou bien alors il baissera les bras et dira :

Ca n’aurait pas marcher entre nous.

Il vous quittera et pensera que vous n’étiez pas fait l’un pour l’autre sans chercher à comprendre et se lancera dans une autre relation.

Si seulement vous pouviez éliminer les cycles négatifs ou destructifs, tout irait bien et la relation pourrait fleurir magnifiquement, pensez-vous. Hélas, ceci est impossible. Les polarités sont mutuellement interdépendantes. L’une ne va pas sans l’autre. Le positif comporte déjà en soi le négatif non encore manifesté. Ces deux polarités sont en fait les différents aspects d’une même dysfonction. Je parle ici de ce que l’on appelle en général les relations romantiques et non pas du véritable amour qui, lui, n’a pas d’opposé parce qu’il prend sa source au-delà du mental. L’amour en tant qu’état vécu continuellement est encore très rare, aussi rare que les êtres humains conscients. Il est cependant possible d’avoir de fugitifs et brefs aperçus de l’amour lorsqu’il y a une discontinuation dans le flot des pensées. Il est bien sûr plus facile de reconnaître comme dysfonctionnel le côté négatif d’une relation que son côté positif. Et il est également plus facile de reconnaître l’origine de la négativité chez votre partenaire que chez vous. Cette négativité peut se manifester sous bien des formes : possessivité, jalousie, contrôle, fermeture et ressentiment non exprimé, besoin d’avoir raison, insensibilité et préoccupation excessive de soi, exigences et manipulations émotionnelles, besoin de tenir tête, de critiquer, de juger, de blâmer ou d’attaquer, colère, revanche inconsciente provoquée par une blessure infligée autrefois par un parent, rage et violence physique.

Je réfléchis souvent à toute mes actions négatives que j’ai projeté sur les personnes que j’aime, ces actions que nous regrettons par la suite. C’est une chance de comprendre et de prendre conscience de cette inconscience, plus vous mettrez de conscience dans votre vie, moins l’inconscient dictera vos comportements.

Le côté positif, c’est que vous êtes amoureux de votre partenaire. Au début, cet état est profondément satisfaisant, car vous vous sentez intensément vivant. Votre existence vient soudainement de prendre toute sa signification parce que quelqu’un a besoin de vous, vous veut et vous donne l’impression d’être quelqu’un de spécial. Et c’est la même chose pour votre partenaire. Quand vous êtes ensemble, vous vous sentez complets. Ce sentiment peut atteindre une intensité telle que le reste du monde s’estompe et devient insignifiant. Par contre, vous aurez peut-être remarqué que cette intensité est teintée de besoin et de dépendance. Vous devenez dépendant de l’autre personne, qui a ainsi sur vous l’effet d’une drogue. Vous êtes au septième ciel quand la drogue est disponible, mais la seule éventualité ou penser personne ne soit plus là pour vous déclenche jalousie, possessivité, tentatives de manipulation par le chantage émotionnel, reproches, accusations et peur de perdre. Si  effectivement, votre partenaire vous quitte, ceci peut se traduire par l’hostilité la plus intense qui soit ou par le chagrin et le désespoir les plus profonds. D’un moment à l’autre, la tendresse amoureuse peut se transformer en une lutte sauvage ou en un terrible chagrin. Qu’est-il advenu de l’amour ? L’amour peut-il se transformer en son opposé, la haine, en un instant ? Était-ce vraiment de l’amour ou une simple dépendance vous incitant à vous accrocher désespérément ?

Prenez conscience de ces émotions, analysez-les en vous introspectant et surtout communiquez avec votre moitié sur ce que vous ressentez, échangez à ce sujet, livrez-vous si vous vous aimez, vous pourrez alors surmonter toutes les épreuves : la véritable communication. Pensez à vos parents, ce que vous avez vu dans leur couple, inconsciemment, vous avez appris par mimétisme et vous reproduisez le comportement de votre mère si vous êtes une femme en face d’une attitude de votre conjoint qui vous rappelle celle de votre père.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *